Tout ce vent


Ils dominent le plateau céréalier

Petits troupeaux d’unijambistes

En habits d’infirmiers.

Le souffle qui glisse entre leurs pales

Orchestre un lent ballet monumental,

Des feuilles de carbone

De ces immenses palmiers de Béthel

Il nourrit la révolution.

Ressource inépuisable indomptable,

Don du ciel le plus souvent,

Il essaime, disperse.

Imprévisible dans ses colères

Il arrache déracine.

Eole affole,

Agite les véloces hélices

De ces immenses mobiles immobiles

Qui brassent du vent,

Produisent du courant d’air,

Et nous vantent une nouvelle ère.

Plonk Replonk big

Publicités

À propos de lomalenver

Mon sujet est sans objet, non mais ! Voir tous les articles par lomalenver

4 responses to “Tout ce vent

  • pierouf

    Qui t’a soufflé ça mon bobof ?
    Keep on blowing us your words, beautiful brother.
    Don’t give up.

  • Marie-Anne

    Bonjour François,
    Je suis d’accord avec votre beautiful brother,
    « Tout se vend » mérite d’être lu plusieurs fois à cause des jeux de mots nombreux et surtout délicieux.

  • lomalenver

    Merci pour vos commentaires qui m’encouragent à poster des petits papiers.

  • Jipette

    je reste sans mot devant ce courant poétique magistral.
    cet air hypothétique dû au Mistral nous enlèvera-t’il les maux qui nous arrivent des gros cœurs d’atomes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :